Le Domaine Haut Truchon, premier nom de Château Bouscaut, était déjà un Domaine viticole au XVIIème siècle.

En 1876, le nom Le Bouscaut, tiré du lieu-dit, est adopté par le vignoble. A l'époque, le château est une grande chartreuse au toit à faible pente. En 1925, la famille Courtade vend le Domaine à Victor Place et au Comte de Rivaud qui entreprennent drainage du vignoble, rénovation des chais, et, en 1930, surélévation du toit du château et adjonction d'une tour. Les fêtes se succèdent avec notamment le préfet Delaunay, Jacques Chaban-Delmas, Louis Jouvet (dont le fils Jean-Paul a épousé Denise Place, fille de Victor), Maurice Chevalier.... Le Comte de Rivaud, propriétaire d'une écurie de course près de Paris, nomme un yearling prometteur Château Bouscaut ; celui-ci remporte plusieurs grands prix avant l'année 1931. Réformé pour blessure, il produit une nombreuse et prestigieuse descendance.

La propriété voisine : Château Valoux est achetée en 1929.

En 1953, Château Bouscaut reçoit le titre envié de Cru Classé de Graves pour ses vins blancs et rouges.

Deux incendies endommagent le château : le 6 septembre 1961, une grillade en l'honneur de Gilbert Bécaud, met le feu à la tour. Un an plus tard, un incendie accidentel détruit entièrement le château, épargnant les bâtiments d'exploitation. Sa reconstruction à l'identique est achevée en 1966, grâce à l'architecte bordelais Michel Garros, qui, sur les instructions de Victor Place, rebâtit le château à l'identique.

En 1968, un groupe d'investisseurs de la Côte Est des USA acquiert Château Bouscaut, ils accueillent de nombreuses personnalités comme le maire de New York, l’ambassadeur des Etats-Unis venu à Bordeaux pour l’inauguration de l’usine Ford, Charlton Eston,..

Enfin, c'est en 1979 que Lucien et Marie-Jeanne Lurton acquièrent la propriété.  Lucien Lurton, héritier à 29 ans de Château Brane-Cantenac, a acquis, au cours des années 70-80, une dizaine de Crus dont Climens à Barsac, Desmirail et Durfort-Vivens en Médoc, Camarsac en Entre-deux-mers,... il recrée des crus oubliés comme la Tour de Bessan à Margaux. Son frère, André Lurton, est à l'un des fondateurs de l'appellation Pessac-Léognan en 1987.

Depuis 1992,  Sophie Lurton, 7ème des 11 enfants du couple, hérite de Bouscaut, elle en tient les rênes avec Laurent Cogombles, son mari, qui présida l'Appellation Pessac-Léognan entre 2005 et 2017 et préside pour 4 ans les Crus Classés de Graves.

Replantations, travail du sol, réhausse du palissage, amélioration du matériel de traitement et de la production (nouveau pressoir pneumatique,...), tout est mis constamment en oeuvre pour améliorer la qualité des vins.

Les 9 hectares de Château Lamothe-Bouscaut, à Cadaujac sont acquis en 1999.

Outre le cuvier circulaire réalisé par Lucien Lurton en 1990 et dessiné par l'architecte Vincent Defos du Rau, Sophie et Laurent Cogombles installent 10 cuves béton de 100 hl en 2002 afin d'améliorer la sélection parcellaire. Et en 2010, ils confient à Arnaud Boulain (Agence BPM) la restructuration des installations et la construction d’un nouveau chai à barriques pour les vins rouges de 300 m2 dont l'extérieur est orné d'un bardage original et très esthétique réalisé en douelles de barrique .

En 2018, le Château BOUSCAUT devient HVE 3 : Exploitation à Haute Valeur Environnementale de niveau 3. La propriété s'achemine maintenant vers la culture biologique dont le label est prévu en 2023.