Fin XIXème la famille Chabanneau acquiert Château Bouscaut qui porte le nom de son le lieu-dit depuis1881 en remplacement du nom de Haut-Truchon. Un nouveau plan du parc est dessiné en 1920.

En 1925 Victor Place et le Comte de Rivaud prennent le relais et entreprennent de redonner du lustre à l'ensemble du domaine avec drainage du vignoble, surélévation de la maison, adjonction d'une tour et rénovation des chais. 
 
La propriété voisine de Château Valoux est achetée en 1929.

Dans les années trente, le vignoble est cité comme propriété modèle par la Chambre d'Agriculture. Un cheval du nom de Château Bouscaut gagne un grand prix de Maison Lafitte. 
 
Dotés de nombreuses médailles, encensés par d’illustres habitués des lieux tels Louis Jouvet, Maurice Chevalier... et plus tard Gilbert Bécaud, les vins blancs et rouges de Bouscaut trouvent leur consécration en 1953 avec l'obtention du titre envié de Cru Classé de Graves.

En 1961, un incendie détruit entièrement le château alors que les chais sont épargnés. Robert Place, demande à l'architecte bordelais Michel Garros de conserver les plans d'origine pour sa reconstruction... il cède la propriété en 1968 à un groupe d’investisseurs de New-York. Ceux-ci en confient la gestion à Madame Delmas, par ailleurs épouse du directeur de Haut-Brion.

Une nouvelle ère commence à Bouscaut avec, en 1979, l'arrivée de Lucien Lurton, viticulteur bien connu du bordelais. Lucien Lurton est déjà propriétaire d'une dizaine de Grands Crus dans diverses appellations dont Margaux (Brane-Cantenac, Durfort-Vivens, Desmirail, …), Barsac (Climens,…), mais aussi en Entre-deux-mers (Camarsac) ou en Médoc (La Tour de Bessan, Villegeorge,...). 

En 1992,  âgé de 67 ans, il décide avec un temps d'avance, de transmettre ses propriétés à ses enfants. Sophie, 7ème des 11 enfants qu'il a eu avec son épouse Marie-Jeanne, devient alors propriétaire de Bouscaut. En 1997, elle épouse Laurent Cogombles, ingénieur agronome, qui vient naturellement travailler à ses côtés. Laurent Cogombles préside l'Appellation Pessac-Léognan entre 2005 et 2017.

Les améliorations portent sur le vignoble d'abord : replantations, travail du sol, réhausse du palissage, amélioration du matériel de traitement,...

La rénovation des installations se fait ensuite en plusieurs temps : 

En 1990 Lucien Lurton refait le cuvier et le chai à barriques de rouge. En 2002 Sophie et Laurent Cogombles installent 10 cuves de 100 hl en béton. Mais la plupart des travaux s'effectue en 2010 avec, en prime, la construction d'un nouveau chai à barriques de 300m2 signé par l'architecte bordelais Arnaud Boulain. Les murs de ce chai sont habillés de douelles de barriques, lui donnant l'aspect d'un panier carré en bois très bien intégré dans l'environnement classique de Bouscaut.

En 1999, Bouscaut acquiert la propriété de Lamothe-Bouscaut, exploitée en fermage depuis les années 1940. La maison de Lamothe-Bouscaut est rénovée . Les précédentes propriétaires en conservent la jouissance.

En 2011, la propriété se tourne vers l'accueil du public avec une nouvelle salle de dégustation / boutique. De nombreux ateliers sont proposés au grand public. En 2013, ces efforts valent à Bouscaut le Best of d'Or des services oenotouristiques décerné par la CCI.

C'est aussi en 2013, qu'au charmant Château Valoux mitoyen nous ouvrons un gîte de 5 chambres (wwww.chateau-valoux.com)

 

> Histoire d'un Grand Cru
> Liens
> Vidéo drone